Cicatrisation humide

Hier la dermato m’a proposé d’opter pour une cicatrisation en milieu humide.

Tous les détails sur les recommandations de la dermato <<< CLIC !

Évolution à 24 heures :

très encourageant !

Petite précision :

à ne mettre en place que s’il n’y a pas d’infection. Une plaie infectée a plus de chance de s’assainir à l’air libre qu’en milieu humide.

laver

Jour 78 : cicatrisation humide

Grattage : non

Humeur : ensoleillée

Dormir

Dormir est essentiel pour avoir bonne mine, une belle peau et bien sûr aussi pour cicatriser. Des études ont démontré que le manque de sommeil se traduisait par plus d’imperfections. On s’en serait douté.

Je ne dors pas assez. J’aime tellement traîner la nuit. Mauvaise habitude dont j’ai bien du mal à me défaire. Quand je peux, je fais la grasse mat’ ou une sieste.

Là, je profite de ma semaine d’arrêt pour dormir tout mon saoul et ça fait un bien fou ! Je suis plus zen. Je vois la vie en rose. Et … et nom de nom … ma plaie qui se trainait depuis trois semaines cicatrise à vue d’œil !

nuit-salle-bains (1)

Jour 63 : dormir pour guérir

Grattage : petits grattouillages / peaux mortes / petites croûtes

Humeur : optimiste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ça grattouille

… ça chatouille

… je ne touche pas

… ça

… cicatrise ?

oui !

ça se pourrait bien !

photo-eau

 

Jour 62 : cicatriser

Grattage : furieuse envie de gratter des microkystes – commencé puis arrêté au bout de deux minutes ( m’énerve ! il faut absolument que je me libère de ce truc ! )

Humeur : coupable (j’ai pas fait grand chose de ma journée)

J’aime pas le dimanche soir

Je crois bien que dimanche soir dernier, j’ai fait la chasse aux micro-kystes pendant une bonne demi-heure … tsssssss

Tout ça, parce que ça me stresse, de me dire que je vais encore devoir aller au boulot avec une tête pas possible. Essayons, pour une fois, de ne pas répéter nos erreurs. Mon objectif, ce soir : ne pas vérifier toucher à mon visage.  ( ne pas vérifier, un dimanche soir, c’est juste … impossible pour l’instant )

A part ça, j’ai bien profité de cette magnifique météo. Les enfants étaient dehors, les voisins aussi. Tout me monde jardine. J’ai pris le parti de ne plus jouer à cache cache avec les voisins. J’ai des croûtes sur le visage, et alors ? Bon, j’irai pas non plus leur demander combien de pieds de tomates ils vont mettre. M’énerve de passer pour une sauvage.

Ma croûte a continué de vivre sa vie. Ça commence à bien sécher et même à se décoller sur un bord. Sinon, ça travaille mais rien d’inquiétant. J’ai confiance, ça cicatrise.

Jour 46 : le week-end se termine, et ze croûte est toujours là

Grattage : non

Évolution : croûte moche toujours – mais ça cicatrise

Humeur : pas hyper envie d’aller bosser demain

samedi matin

Une fois n’est pas coutume, je vous livre mon vécu dès le matin (comment ça, midi passé, c’est plus le matin ?). Hé ! je me suis levée à 10h, un matin de week-end ! C’est la révolution ! Si ma peau pouvait me faire une petite révolution, style : la grève des boutons. Oui, j’ai bien dit la grève, pas la guerre. La guerre, c’est bon, j’en ai eu ma dose. Merci, ça ira.

Quelle bonne fée s’est penchée sur ma couette pour ce petit miracle ? Je parle de mon réveil « matinal » (je vous interdis de ricaner), parce que pour ma peau, c’est pas encore le miracle.

Eh bien … hier soir, j’étais tellement dégoûtée que je suis partie me coucher « tôt » (je veux dire … 2 heures moins tard que le milieu de la nuit. Sachant que chez moi, la nuit commence à minuit et finit à 7, faites le calcul …).

Ensuite … ouiiiiiiiii (non, ceci n’est pas un cri orgasmique) … pas de sensation désagréable au niveau de ma plaie. Et … ouiiiiiiiiiiiiiii … j’ai une magnifique croûte bien moche, bien sèche. Pas de rougeur autour, pas de gonflement. Ça a encore l’air bien fragile. Pas question d’y mettre les doigts pour … « voir ». Au moins une erreur que je ne fais plus.

Ce matin j’ai bu mon thé brûlant, le linge n’est pas resté à moisir dans la machine et … j’ai retrouvé le sourire ! 🙂

Surprise !

Surprise … genre ironique, si vous voyez ce que je veux dire …

En fait de bouton

c’était pas un …

… mais trois ! ( Tous dans la zone cicatricielle … )

Le plus gros, c’est celui que j’ai nettoyé il y a deux jours. Là, tout va bien depuis (ouf !)

Les deux autres, plus discrets, j’y avais pas touché.

Sauf que sous la croûte … les lascars ont pris leurs aises.

Et ce soir donc … je devine (et je ne me suis pas trompée) … bingo … du pus sous la croûte !

J’ai bien essayé d’évacuer ça en douceur sans arracher la croûte mais la croûte a fini par tomber quand-même. (Une croûte avec du pus dessous, ça ne demande qu’à tomber, en général)

J’aurais peut être pu laisser ça mûrir un jour de plus ?

Bah … c’était en surface. Aucune infection en profondeur. La peau est à peine égratignée, rose. Tout ça semble propre et plutôt sain. Un petit coup de biseptine pour désinfecter et ça devrait continuer de cicatriser gentiment.

Affaire à suivre ; je ne suis pas trop inquiète.

Jour 43 : sous les pavés, la plage la croûte, les boutons

Grattage : rien

Soin : nettoyé désinfecté deux boutons planqués sous la croûte

Évolution : plus de croûte – plus de bouton (pour l’instant) – peau égratignée – pas de signe d’infection

Humeur : optimiste malgré tout

P.S. quand je dis « plus de croûte – plus de bouton » ; je parle de mes soucis au niveau de la zone cicatricielle. Pour le reste du visage; j’ai encore plein de petites croûtes suite à ma crise de chasse aux microkystes. Elles ont bien réduit et devraient finir de disparaître d’ici à la fin de ce -magnifique, sans ironie cette fois- week-end.

Journée tranquille

Journée calme et routinière. Pas bougé autant que j’aurais voulu mais j’ai quand-même rangé mon bureau et donné un bon coup d’aspi à la maison. Un peu d’ordre, je me sens mieux.

La petite croûte continue de se boursoufler tandis que sa surface réduit. Ça ne gratte pas, il n’y a pas de rougeur sur les bords … je crois bien que c’est en train de cicatriser : yes !

Aujourd’hui, pas d’envie de grattage, ni de la croûte ni du reste. J’ai profité du week-end pour ne mettre aucun maquillage ni laver mon visage pour ne pas toujours faire tomber cette satanée croûte. Après deux jours sans laver mon visage, j’ai la peau un peu plus rugueuse et des mini boutons sur le front. Peu importe : c’est priorité à la cicatrisation sous cette satanée croûte.

Demain j’appelle pour prendre un RDV avec mon généraliste pour qu’il me conseille un psy. Trouver un(e) psy … le bon … pas simple.

Jour 11 : zen

Grattage : aucun