Désespérante

… ma peau pleine de cicatrices

… moi à toujours grattouiller

… moi à avoir attaqué cette petite cicatrice …là …parce qu’il y avait …

… quoi ?

… une petite bosse ???

… et maintenant ?

… hein ?! y a quoi maintenant ?!

… un trou

… du sang

… une plaie

… le risque d’une infection

… misérable … je me sens misérable

Jour 55 : détresse

Grattage : charcutage …

Humeur : triste

 

fleurs-vosges

Publicités

Triste peau

C’est pas compliqué … j’ai la peau du visage pleine de cicatrices. Quasi invisibles, c’est ma chance. Ce sont des zones où la peau est plus épaisse. Des nids à boutons, si je puis dire.

Dans l’espoir de retrouver une peau à peu près lisse, j’ai décidé de me laver à nouveau le visage chaque soir (pas le matin), même si la plaie n’a pas complètement fini de cicatriser. Le risque de surinfection semble maintenant  écarté et la plaie peut poursuivre sa cicatrisation et supporter un lavage quotidien.

Jour 50 : laver oui – gratter … j’devrais pas !!!

Grattage : pfff …. idem qu’hier

Évolution : la cicatrisation de la plaie continue gentiment

Peau : moins grumeleuse – encore bien égratignée

Acné : bof – aucun méchant bouton planqué en profondeur

Humeur : j’me sens pas belle

J’adore cette chanson

( pour le clip … désolée, il est pas de moi et j’ai pas trouvé mieux )

 

 

 

Peur du miroir

Je me suis réveillée en pensant à cette fichue cicatrice qui suinte. Inquiète de son évolution, j’appréhende la rencontre avec le miroir. Je me décide à aller voir. Mouais … ça n’a pas l’air trop mal. Ça croûte. Bon OK. J’ai passé le reste de la journée loin  des miroirs. Pas de démangeaison ; c’est déjà ça.

Ce soir, après la douche, la croute est partie, la peau est à vif : ça saigne. Je tamponne avec un mouchoir en papier : ça sèche en moins de 10 minutes. Hier soir, ça avait suinté une bonne demi-heure avant de sécher. J’ose espérer que c’est bon signe.

Pour le reste, mon visage va plutôt bien … si je fais abstraction des marques rouges, brunes, claires qui couvrent mes joues. Très peu de boutons, ou alors minuscules : j’arrive à les regarder sans savoir envie de les toucher. Pas de « boule » sous la peau et ça c’est cool. Juste un bouton sur le front, un peu trop gros et trop rouge pour que je puisse le snober : je l’éradique sans m’acharner. Les autres autours, plus petits, pas rouges, je leur fous la paix.

Jour 7 : ça semble s’apaiser

Grattage : un bouton trop moche à mon goût

Temps passé au miroir : 5 minutes après la douche pour  tamponner cette cicatrice qui suinte

Progrès : la petite plaie qui suintait sur le menton a laissé place a une jolie peau rose clair / la plaie sur la cicatrice semble s’apaiser.

Espoir : que l’évolution continue dans le bon sens

Point positif : j’arrive à laisser tranquille les petits boutons