Découverte par hasard

une fille sensible

une fille qui pense

une fille qui parle

j’aime son discours

solange te parle

Youtubeuse excentrique, poète, intelligente et pleine de charme.

Une de ses vidéos nous parle d’acné … de pillule …

 

Jour 67 : Solange te parle

Grattage : un peu j’avoue ( maudit dimanche soir ! )

Humeur : blasée

Publicités

Ta peau te parle

Lundi oblige … c’est psy … at home … puisque Pentecôte.

Beaucoup … beaucoup … de pensées me sont venues depuis ma dernière séance.

Ma sœur a les mêmes problèmes de peau que moi.

génétique ?

ni mon père ni ma mère n’ont jamais eu d’acné …

enfance ?

certainement !

Ma mère va en prendre pour son grade, lundi prochain, chez le psy !

J’ai compris plein de trucs.

Les difficultés rencontrées par mon fils aîné ont certainement réveillé les blessures de mon enfance.

J’ai trouvé un article qui explique le décodage biologique des maladies de peau et qui m’a confortée dans pas mal de mes intuitions.

Jour 54 : mal dans ma peau

Grattage : quelques mini boutons grattés sur le front

Cicatrisation : ça progresse

Peau : encore quelques croûtes

Acné : toujours aucun bouton planqué sous la peau – menton nickel à l’approche des règlesenfance

Ne plus se cacher

saluer les voisins, quand j’ouvre une fenêtre

dire oui, quand mon fils veut inviter un copain

retrouver une vie normale

je me cache encore

aux yeux de ceux

trop proches pour que ça n’importe pas

pas assez proches pour me dévoiler

un jour

je sauterai le pas ?

je voudrais guérir ! … plutôt

 

Jour 53 : ouvrir la porte

Évolution : plaie de plus en plus petite

Acné : des mini boutons en surface ( troisième jour sans lavage … ) – toujours aucun bouton en profondeur, même au niveau du menton, alors que je suis dans la phase critique de mon cycle (derniers jours avant les règles)

Peau : apaisée – les croûtes qui partent les unes après les autres

Grattage : arraché des peaux mortes – grattouillé les mini boutons – pas de triturage

Humeur : gaie

Normal … mon grizzli nous a mis ça

couloir-nuit

Les ragnagnas

Chaque mois c’est pareil, je regarde le calendrier, je sais qu’elles vont bientôt arriver. Je regarde ma peau. Ça va pas si mal. J’écoute mon corps: presque pas de tension au niveau de la poitrine. J’observe mon humeur: plutôt joyeuse. Et je me dis, avec mon optimisme débridé, que ce mois ci, elles peuvent bien se pointer, elles n’auront pas ma peau ces ragnagnas ! Incroyable … ce mot, plutôt moche au demeurant, est dans le dictionnaire ! Je viens de vérifier.

Ragnagna : terme familier que les femmes utilisent pour parler de leurs menstruations, c’est à dire de l’écoulement sang qui survient chaque mois au niveau de leur appareil génital.
Exemple : Elle est de mauvaise humeur, elle doit avoir ses ragnagnas.

Je propose : Elle est de mauvaise humeur, c’est normal elle s’est réveillée avec trois boutons sur le menton.

Eh bien si ! Elles ont eu ma peau. Petit bilan de fin de semaine :

Front : des petits boutons égratignés, pas de gros dégât. Dans trois jours il n’y aura plus rien … si j’arrête d’y toucher.

Joues : là, c’était plutôt des petits boutons parce que j’étais restée 10 jours sans vraiment laver mon visage à cause d’une croûte. Presque plus rien. Tout a bien guéri. Tout …  tous sauf un. Faut toujours qu’il y en ait un qui fasse pas comme tout le monde … Donc : un affreux, bien gros, bien moche au plein milieu de ma figure. Yeah !

Menton : une jolie série, de petits à moyens. Je les ai grattouillés. Ça s’est transformé en croutes avec boutons dessous. Les boutons ont bien voulu sécher assez vite. La peau égratignée est devenue sèche et croûteuse. La peau est en train de revenir à un état à peu près normal.

Jour 30 : bilan mitigé

Grattage : non, mais 10 minutes au miroir pour nettoyer l’affreux tout en essayant de ne pas trop martyriser la peau.

Plan B : petit cataplasme d’argile sur l’affreux pour essayer de l’assécher

Humeur : pensive