La fée argile

Hier soir, je découvrais avec horreur agacement qu’un malotru avait eu l’outrecuidance d’enfler à s’en faire aussi gros que le bœuf pendant que j’avais le dos tourné j’étais au boulot.

Après une semaine dans les pattes à me coucher toujours trop tard et d’entendre chaque matin la sonnerie du réveil alors que j’étais en train de me prélasser sur une plage paradisiaque, je rentre : ravie d’être en week-end épuisée au point que je choisis de passer le week-end avec un frigo vide plutôt que de ressortir faire des courses. Sur ce point , mon homme n’est … et ne sera … jamais d’accord : manger … c’est hyper important. Traumatisé qu’il est par les trois jours passés dans une maternité psychorigide de la dose de biberon alors qu’il avait, à peine né, déjà cet appétit de bûcheron, mon homme ne supporte pas la vue d’un frigo à moitié vide plein. Je peux donc toujours compter sur lui pour aller pousser le caddy ; ce qu’il s’est empressé de faire vendredi soir un quart d’heure avant la fermeture ce samedi, pendant l’heure de midi.

Vendredi soir, donc, je n’avais qu’une envie : prendre ma douche et enfiler mes charentaises ; façon de parler, hein. Je sors de la douche, j’attends que la buée s’évapore du miroir … je m’approche … houhoulaaaah … y’a un problème, là. Oui, là … au milieu de ma figure. Je peux pas laisser ça comme ça. Je m’arme de mouchoirs, pliés sur quatre épaisseurs, pour ne surtout pas pincer ou aller planter mes ongles dans la peau et je vide ce truc. Aïe aïe aïe … fais pas de connerie … vas-y mollo … ah merde … ça va pas être possible de faire ça avec douceur. Mais bon, je m’arrête avant de trop blesser la peau. Je ne m’acharne pas. Je sais qu’avant … je me serais acharnée deux fois plus. J’ai déjà trop pressé : j’arrête. Je me prépare un peu d’argile et j’en dépose un petit pâté sur le champ de bataille dans l’espoir d’apaiser, nettoyer, assécher.

Verdict de l’opération : un bouton pas mal dégonflé et la peau un peu amochée mais ça aurait pu être pire. Ce matin au réveil, c’était complètement dégonflé et sec. Youpiiiii ! Plus de bouton et pas de vilaine plaie non plus ; juste une petite croûte pas si affreuse. Je ne pensais pas m’en tirer à si bon compte.

J’ai donc décidé de profiter du week-end pour patcher mes boutons avec des petits pâtés d’argile. Pour consoler mon homme de lui infliger ainsi la compagnie d’un gremlins, j’ai passé la journée sans soutif sous un pull moulant. Preuve qu’on peut être sexy avec des crottes d’argiles collées sur la figure. Heu … ça ne fonctionne qu’après au moins dix ans de vie commune et une bonne dose de complicité.

Jour 31 : argile mon amour

Grattage : 5 minutes pour le plaisir … flippant … ce plaisir que j’ai à gratter

Humeur : espiègle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s